Les chrétiens d'Orient seraient-ils victimes de discrimination à Villejuif ?

Comme de nombreux lieux de culte, l'église chrétienne copte de Villejuif, située sur la N7, au bord de l'axe Paris Orly, au 138 bd Maxime Gorki  a besoin de s'agrandir. Elle a demandé à la mairie, sans succès, l'autorisation d'acheter une parcelle du terrain voisin, en friche depuis longtemps, pour y réaliser son extension. La situation prend soudain un tour étrange depuis que la mairie a décidé de démolir le bâtiment désaffecté qui y est implanté et de de viabiliser le terrain afin de permettre la construction d'une mosquée d'une capacité de 1200 personnes avec parking de 40 places. En effet, dans le document préparatoire du prochain conseil municipal, qui se tiendra le 26 septembre 2013, on peut lire que :

 

"La commune de Villejuif ayant fait part de son intérêt pour cet immeuble afin de répondre aux besoins d'une association cultuelle locale, un protocole foncier a été soumis aux deux collectivités"(département et commune).

 

Nous sommes informés que l'association cultuelle locale en question est l'association des musulmans du Val de Bièvre (voir leur projet de mosquée ici ).

 

Les administrateurs de l'église copte ne comprennent pas la position de la mairie qui favorise un demandeur, et en dédaigne un autre, sans égard pour l'équité de traitement qui devrait s'imposer quand il s'agit de l'égalité et de la liberté de culte. D'autant plus qu'il existe à Villejuif d'autres lieux constructibles pour une mosquée. Plus étonnant encore, un permis de construire a été accordé l'an dernier à l'association musulmane Rachad, pour la transformation de sa salle de prières située rue Youri Gagarine en mosquée (élévation de 14 m pour 2 étages et un minaret).

 

Enfin, les contribuables, de leur côté, sont très mécontents de se voir ainsi embarqués, sans qu'on leur ait demandé leur avis, dans une dépense de plus de 3 millions d'euros pour la construction d'un lieu de culte. C'est un chiffre minimum car le montage financier est assez complexe et cache son coût réel. Le terrain convoité appartient au département et non à la commune. Villejuif se l'approprie en échange d'une dizaine d'appartements neufs qu'elle donne au département. Ce coût s'ajoute donc au prix de la démolition et de la dépollution du bâtiment actuellement implanté sur le terrain.

 

Les habitants du quartier se disent eux aussi choqués d'une telle décision, prise sans concertation préalable, et regrettent que l'on ne fasse pas plus grand cas de la situation de ces chrétiens d'Orient, gravement opprimés dans leurs pays d'origine, et qui ont cru pouvoir trouver à Villejuif, sinon un accueil bienveillant, au moins un peu de compréhension.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Alcinvil Guymarvel (lundi, 07 avril 2014 15:22)

    c'est une forme d discrimination a l'egard d ces gens car la loi autorise l'egalite et la liberte d'un choix religieux . avec un permis d construction en main c une violation du droit d propriete, la discrimation grandit en miniature dans le monde entier il est temps d vous rappelez que vous n'etes pas au 20ieme siecle avec Hitler,Leonidas Trujillo mon voisin et que nous devons tolerer les autres avec leur culture, leur religion, leur race.

  • #2

    Portia Dahlgren (jeudi, 02 février 2017 09:56)


    It's an amazing post designed for all the online users; they will get advantage from it I am sure.

  • #3

    Wilber Ruhland (vendredi, 03 février 2017 00:45)


    Do you have any video of that? I'd care to find out some additional information.