Pourquoi Jean-François HAREL n'a pas signé la charte anticor comme 27 autres candidats du 94 ?

 

Retrouvez la charte anticor ici.  

D’abord parce que signer une telle charte n’engage en rien le signataire. Et s’il ne la respectait pas dans le cadre de son futur mandat, qu’est-ce que cela changerait ? De plus, on constate que très peu de signataires sont susceptibles de devenir maire, du moins pour le mandat qui se présente. La signature de cette charte Anticor n’est donc qu’un moyen de faire de la publicité pour sa vitrine politique à des fins électoralistes.

 

Ensuite parce que Jean-François HAREL va beaucoup plus loin sur ce sujet.

 

En voici un aperçu figurant dans son document - manuscrit du livre, jamais publié : « Un Force d’Union et d’Espoir » que Jean-François HAREL a commencé à rédiger le 11 avril 1989, pour fouiller, approfondir et structurer sa compréhension, ses connaissances et sa volonté profonde de s’investir dans la politique de son pays.

 

Son approche au sujet de la corruption des élus :

 

Tout d’abord il s’agirait de poser un certain nombre de conditions pour pouvoir solliciter les suffrages. En effet, ni une investiture de parti ni un soutien n’ont conféré une compétence et une intégrité au bénéficiaire. Ces conditions seraient bien évidemment proportionnelles à la responsabilité sollicitée. Être Maire d’un village de 400 âmes ne peut avoir les mêmes critères de présélection que pour une commune de 10 000 ou 80 000 habitants, un député ou un sénateur. Pour caricaturer et faire court, à partir d’un certain niveau de responsabilité, il vaudrait mieux avoir 20 d’expériences dans le secteur privé, un mandat d’élu minoritaire et 5 ans de méditation qui font plus naturellement des êtres épanouis, sages et connaissant que 10 ans de syndicalisme, de fonctionnariat en pointillé ou « d’apparatchisme » dans la file d’attente des honneurs qui ne produisent qu’amertumes et frustrations et des revanchards. Déjà cela diminuerait considérablement les « profils d’élus » non préparés à être capable de « résister aux tentations », sinon, au moins, exclurait les profils formatés à les développer (cf. entre autres, le livre « Rose Mafia », de Gérard Dalongeville, éditions Jacob-Duvernet, paru 02/2012).

 

Ensuite, concernant les élus qui sont pris la main dans le pot de confiture au cours de leur mandat. Si un membre du parti (Force d’Union et d’Espoir) est élu, puis, dans le cadre de ses fonctions, est condamné, voir même fortement soupçonné pour prise illégale d’intérêt et autres, non seulement il est immédiatement radié du parti à vie, et sous réserves d’analyse de la situation au cas par cas, avec quelques-uns de ses proches élus forcément complices… Mais surtout, en guise d’auto condamnation pour mauvaise sélection puis formation de candidat, le FUE s’engage à ne plus présenter de candidat (ou de liste) pendant 3 mandats à ce même fauteuil d’élu, quel qu’il soit.

 

L’objectif du mouvement d’une Force d’Union et d’Espoir est de redonner à tous les Français l’intérêt de la politique. Leurs redonner le goût de l’engagement dans une structure organisée différemment des autres groupes et partis politiques actuels, avec une émulsion d’idée et de solutions innovantes pour construire tous ensemble la société de demain. Cette nouvelle famille politique en devenir se veut être un renouveau durable en recréant du sens avec des devoirs afin que les français puissent enfin reconstruire un rapport de confiance solide et durable avec la Politique.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Paulo (mercredi, 19 mars 2014 12:28)

    Votre bouquin commencé le 11 avril 1989 a -t-il été poursuivi le 12 avril ? pourquoi ne pas l'avoir fini depuis ?
    car franchement, je n'ai rien compris !
    L'éthique et la franchise sont des qualités humaines indépendantes d'étiquettes et de l'expérience politique ou professionnelle ! Donc afficher haut et fort son engagement de principe autour d'une charte comme ANTICOR est le minimum syndical pour une liste se présentant devant les citoyens ! La signer peut être un moyen purement électoral, et ne pas signer ne signifie pas qu'on sera border line, mais c'est symboliquement important.

  • #2

    jemand (mercredi, 19 mars 2014 17:41)

    moi je me demande franchement quel est l'intérêt de se référer à un livre qui n'existe pas....
    c'est pour le moins spécial voir risible !
    sinon suis en plein accord avec Paulo quant à la valeur d'une signature de la charte anticor

  • #3

    Paulo (jeudi, 20 mars 2014 17:05)

    et FUE (force d'union et d espoir) est un parti qui existe, et s'il n'existe pas qu'attend-t-il pour l'être!
    j'avoue ne pas comprendre :