La Place Georges Marchais serait Mathé !

Lors du Conseil Municipal du 17 décembre dernier la majorité municipale a présenté un dossier pour changer le nom de la place Georges Marchais, inaugurée par la précédente majorité municipale communiste le 30 mai 2013, en Georges Mathé. Ils ont au moins le même prénom.

 

Si tous les élus PCF, PS, MdC et FN de l’opposition ont voté contre, il y a 3 membres de l’Union Citoyenne, Monique Tijeras et Valérie Arlé-Faivre qui ont également voté contre et, pour ma part,  je me suis abstenu. Tous les autres conseillers municipaux de l’Union Citoyenne ont voté pour.

 

Il est fort regrettable autant que maladroit sinon insultant de vouloir modifier, après seulement 9 mois de changement de majorité de la ville, qui était communisme depuis 89 ans, avec son si populaire député pendant 24 ans, le nom d’une place qui porte son nom depuis 18 mois seulement et 17 ans après son décès. Étant donné ce changement historique de majorité municipale en mars dernier, cette décision est juste inutilement provocatrice et arrogante.

 

Effectivement, il y a de nombreuses rues, places, ruelles et recoins de la ville qui ont une résonnance soviéto-communiste mais cela fait partie de l’histoire de notre commune. On ne peut la gommer comme cela et encore moins sans en avoir mérité la légitimité populaire de la part des habitants après quand même au moins plusieurs années de mandats.

Pour notre part, si effectivement la tendance serait de « déstaliniser » progressivement la ville, au moins par une méthode de gouvernance différente mais sans pour autant effacer son histoire, nous aurions commencé par tout de suite remplacer l’« Impasse de la Gaité » par l’« Allée de la Gaité », afin de mettre toutes les chances de notre côté pour construire l’avenir de notre ville dans la joie.

 

 Jean-François Harel

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Robert (lundi, 22 décembre 2014 13:59)

    Le point 19 de l'ordre du jour du Conseil Municipal reflète la félonie et le manque de courage du binome bien connu de l'équipe municipale. En ce point précise seulement "Nouvelle dénomination d’un espace public sur le territoire de la Commune Parvis du Professeur Georges Mathé" et c'est tout. Donc abstraction la plus totale sur son identification et abstraction de l'existence d'un édifice portant le nom de ce Professeur. Qui d'autre qu'un perfide aurait pu initier cette perfidie ?