Pourquoi nous n'y sommes pas allés...

COMMUNIQUE DE PRESSE

12 Mars 2015

 

Chères Citoyennes, Chers citoyens de Villejuif,

 

Une année s’est déjà écoulée depuis notre victoire aux élections municipales de mars dernier et nous voilà de nouveau en campagne électorale.

Cette fois-ci pour des élections départementales où le Val-de-Marne a de fortes chances, avec ou sans le canton de Villejuif, de passer à droite à la grande joie de tous. Car si nous avons réussi l’exploit de sortir les communistes grâce à notre Union, la suite s'est révélée beaucoup moins bien inspirée…

 

C'est pourquoi, mon engagement depuis vingt ans et notre victoire de mars dernier n'ont fait que renforcer ma détermination à vous représenter dans les instances de notre département et autres.

 

En toute légitimité et en toute logique, j'avais redemandé l’investiture UDI. Comme vous le savez certainement le président de l'UDI a changé, Jean-Christophe Lagarde a succédé à Jean-Louis Borloo. Et apparemment avec le départ de ce dernier une certaine déontologie politique aussi, ce qui explique tous les évènements survenus depuis. J'en profite pour vous dire que mon sang froid affiché ne diminue en rien mon exaspération par leurs « margoulineries ».

 

Cependant, je reste inconditionnellement fidèle à Jean Arthuis, député Européen et président de la commission du budget au Parlement Européen, et son Alliance centriste, un des courants fondateur de l’UDI. Nous sommes également, Valérie Arlé-Faivre et moi, des membres fondateurs du mouvement Les Bâtisseurs de l’UDI conduit par Hervé Morin et Maurice Leroy.

 

L’Union Citoyenne a décidé de ne pas présenter d’élu de notre majorité municipale à ces élections départementales. Cela débouche sur une situation à la fois déconcertante et irréfléchie. En effet, d’un côté elle soutient la candidature de personnes qui n’ont ni expérience ni compétence, et de l’autre, elle tolère qu’un élu exclu de son parti pour avoir rejoint l’Union Citoyenne soit candidat, alors qu’il a annoncé, maintenant qu’il a été réintégré par son parti, qu’il voterait pour un Président de Conseil Général de gauche.


Bien sûr que j'aurais pu me présenter à ces élections sans l’investiture d'aucun parti ou bien avec celle de Debout la France « ni extrême ni système » de Nicolas Dupont-Aignan ou celle de Nous Citoyens présidé par Jean-Marie Cavada, député Européen élu sur la liste UDI-MoDem. Cependant, étant donné les dangers nationaux auxquels nous devons faire face, je pense qu'en tant que leader de droite modérée et sociale et du centre sur notre territoire, et membre légitime de l’Union Citoyenne pour Villejuif, il n'était pas question que j'ajoute de la confusion sinon de la dispersion pour cette élection, contrairement à certains…

 

Défendre les valeurs républicaines, garder le respect des citoyens et protéger l'intérêt général valent pour nous toutes les investitures. Mon combat politique continue sur Villejuif et pour Villejuif. Chacun sa manière de servir ses convictions au quotidien pour construire un avenir enthousiasmant et durable.

 

Nous vous attendons dans les bureaux de vote de notre commune de 8h à 20h pour que tous ensemble nous remplissions notre devoir républicain les dimanches 22 et 29 mars prochains et changer la majorité départementale.

 

Jean-François Harel

Cofondateur de l’UDI

Président d’Alliance centriste Val-de-Marne

Vice-Président de l’UDI Val-de-Marne

Conseiller Municipal de Villejuif

Conseiller Communautaire à l’Agglomération du Val-de-Bièvre

Président du groupe Force d’Union et d’Espoir – UDI

de l’Union Citoyenne pour Villejuif à la CAVB

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Rose (vendredi, 10 avril 2015 11:36)

    On assiste depuis quelques temps à de curieux petits arrangements entre amis dans le Val de Marne. 1) Les responsables politiques UDI et UMP du Val de Marne donnent l'impression de s'être d'abord preoccupés de préserver chacun leur poste en évitant de se faire concurrence. En gros, pas de candidat UDI face à M.Cambon sur Saint Maurice et pas de candidat UMP face à M. Lafon à Vincennes. Belle transparence. 2) Placer des "seconds couteaux" sans la moindre expérience pour neutraliser l'appareil.